Les répercussions des problèmes de jeu sur les proches, quelques repères

Les recherches épidémiologiques ou sociologiques sur les jeux de hasard et d’argent ont démontré que les impacts du jeu se répercutent non seulement sur le joueur mais aussi sur sa famille, ses proches, ses collègues et son réseau. Les données de Politzer et ses collaborateurs indiquaient dès 1992 que de 10 à 17 personnes de l’entourage d’un joueur pathologique étaient significativement affectés (Politzer, Yesalis, & Hudak, 1992). Un rapport Néo-Zélandais présente notamment des informations plus récentes sur la proportion de personnes affectées par le jeu d’autrui. Les données apparaissent cohérentes avec les estimations établies par Politzer et  coll. On a demandé aux participants comment leur relation avait été affectée par chaque personne dans leur entourage qui d’après eux avait déjà éprouvé un problème de jeu. Un tiers des adultes considérait connaître quelqu’un éprouvant de tels problèmes, et 23% d'entre eux rapportaient en avoir été personnellement affectés (soit 8% du total des adultes). Les femmes étaient plus souvent affectées par le jeu d’autrui que les hommes.

Les impacts vécus par les proches étaient les suivants : impacts financiers (21 %) ; perte de relation (9,5 %) ; stress pour la famille (8 %) ; perte ou manque de confiance (7 %) ; colère, frustration ou ressentiment (6,5 %). Les autres effets mentionnés dans des proportions plus faibles incluaient la perte de temps ensemble, les conflits, la violence familiale et les ruptures.  6 % de ces répondants  ont dit avoir eu pitié pour la personne avec un problème ou avoir tenté de l'aider.

Abbott, M., Bellringer, M., Garrett, N., & Mundy-McPherson, S. (2014). New Zealand 2012 national gambling study: Gambling harm and problem gambling. AUT, Wellington.

air max 90 essential sale

Type : 

Article scientifique

Mots clés: