Dispositifs de retenue pour enfants

Au Québec, entre 2013 et 2018, 1 091 enfants âgés de neuf ans ou moins ont été blessés sur le réseau routier en moyenne chaque année en circulant dans un véhicule motorisé, ce qui représente 4 décès (0,4 %), 16 blessés graves (1,5 %) et 1 071 blessés légers (98,1 %)1.

L’utilisation correcte d’un dispositif de retenue approprié au poids et à la taille des enfants (siège de nouveau-nés, siège d’enfants ou siège d’appoint) réduit jusqu’à 70 % le risque de décès et de blessures graves lors d’une collision2,3. Les dispositifs de retenus pour enfants ne sont cependant pas toujours bien utilisés. Les principales lacunes observées sont le mauvais ajustement du harnais d’épaule et de la pince de poitrine pour le siège de nouveau-né et le siège d’enfant, le non ancrage de la sangle de retenue du siège d’enfant au véhicule et le passage prématuré du siège d’appoint vers la ceinture de sécurité4.

Depuis avril 2019, l’article 397 du Code de la sécurité routière du Québec rend obligatoire l’utilisation d’un ensemble de retenue (siège de nouveau-nés ou siège d’enfant) ou d'un siège d’appoint pour tout enfant mesurant moins de 145 cm (mesure prise des pieds au-dessus de la tête) ou qui est âgé de moins de neuf ans. Pour leur sécurité, les enfants de 9 ans devraient continuer d’utiliser un siège d’appoint jusqu’à ce qu’ils mesurent 145 cm (cette taille est habituellement atteinte entre l’âge de 8 ans et 12 ans). En effet, seuls les enfants mesurant au moins 145 cm sont assez grands pour être installés correctement avec la ceinture de sécurité utilisée seule : l’enfant peut s’asseoir directement sur la banquette arrière du véhicule en ayant le dos appuyé au dossier et les genoux pliés à 90 degrés au bout du siège, ce qui permet de positionner la ceinture au milieu de l’épaule et sur les hanches.

Un programme élaboré pour promouvoir l’utilisation correcte des dispositifs de retenue pour enfant a été implanté en Estrie et au Saguenay-Lac-Saint-Jean dans un contexte de projet pilote et a été démontré efficace5. Une variante de ce programme a été implantée dans la région de la Montérégie par la Direction de santé publique avec la collaboration de partenaires régionaux et de d’autres régions.

Pour en savoir plus

Références

  1. Société de l’assurance automobile du Québec (2019). Dossier statistique – Bilan 2018 : Accidents, parc automobile, permis de conduire. Direction des études et des stratégies en sécurité routière, Société de l’assurance automobile du Québec. https://saaq.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/publications/espace-recherche/dossier-statistique-bilan-2018.pdf
  2. Hertz, E. (1996). Revised estimates of child restraint effectiveness. National Highway Traffic Safety Administration. Research note. 
  3. Arbogast, K. B., Jermakian, J. S., Kallan, M. J. et Durbin, D. R. (2009). Effectiveness of Belt Positioning Booster Seats: An Updated Assessment. Pediatrics. 124 (5), 1281-1286.
  4. Société de l’assurance automobile du Québec (2017). Évolution du taux d’utilisation des sièges d’auto pour enfants de 2003 à 2015. Direction de la recherche et du développement en sécurité routière, Société de l’assurance automobile du Québec. https://saaq.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/publications/espace-recherche/evolution-taux-utilisation-sieges-auto-2003-2015.pdf
  5. Burigusa, G., Lavoie, M., Maurice, P. et Turmel, É. (2013). Évaluation d’un projet pilote visant à promouvoir l’utilisation correcte des sièges d’auto pour enfants dans deux régions du Québec. Direction du développement des individus et des communautés, Institut national de santé publique du Québec.
    https://www.inspq.qc.ca/publications/1748