COVID-19 : Pandémie et insécurité alimentaire

La pandémie a exacerbé la précarité alimentaire de certains groupes déjà vulnérables, surtout au début de la pandémie.Alors qu’au début de la pandémie, 26 % des adultes québécois vivaient dans un ménage en situation d’insécurité alimentaire, cette proportion était de 15 % au 20 mai. La méthodologie utilisée dans ces sondages sous-estime l’ampleur réelle de l’insécurité alimentaire globale des ménages, particulièrement des ménages avec enfants.

L’insécurité alimentaire correspond à un accès inadéquat ou incertain aux aliments principalement en raison d’un manque de ressources financières ou d’accès à un système alimentaire durable qui maximise les choix sains. L’insécurité alimentaire est généralement de nature transitoire ou épisodique, mais elle peut être vécue de manière chronique ou régulière (ex. : chaque fin de mois) par certains ménages. L’insécurité alimentaire est reconnue comme un problème de santé publique et constitue une barrière importante à une alimentation équilibrée.