Portrait de la polypharmacie chez les aînés québécois atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique entre 2000 et 2015

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) affecte environ 20 % de la population âgée de plus de 65 ans au Québec. Cette condition est souvent accompagnée de plusieurs autres maladies chroniques, augmentant ainsi les probabilités de recevoir un grand nombre de médicaments. Or, une utilisation importante de médicaments peut affecter l’adhésion aux traitements et accroître le risque d’effets indésirables et d’interactions médicamenteuses. Le fardeau pharmacologique des aînés atteints de MPOC au Québec est peu connu. Ce feuillet décrit les tendances dans la prévalence de la polypharmacie chez les aînés atteints de MPOC au Québec entre 2000 et 2015. Comme il n’existe pas de définition consensuelle de la polypharmacie, nous avons évalué trois définitions, soit l’usage par une même personne d’au moins 10, 15 et 20 médicaments différents par année.

Principaux constats

  • Entre 2000 et 2015, la prévalence de la polypharmacie, lorsque définie comme l’usage d’au moins dix médicaments différents dans une année, a augmenté de 62,0 % à 74,6 % chez les Québécois de plus de 65 ans atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique.
  • La proportion d’aînés québécois atteints de cette maladie utilisant au moins 20 médicaments par année s’est accrue de 12,3 % à 22,4 % pendant la même période.
  • Le nombre moyen de médicaments utilisés annuellement par une même personne atteinte est passé de 12,0 en 2000 à 14,8 en 2015.
  • Hormis le traitement pharmacologique de la maladie, plusieurs des médicaments prescrits visent les comorbidités. Composer avec cette multimorbidité peut s’avérer un défi thérapeutique pour les aînés atteints de MPOC.
Portrait de la polypharmacie chez les aînés québécois atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique entre 2000 et 2015

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: 

ISSN (électronique): 

1922-1762