Évolution de la COVID-19 cet automne : Grand Montréal et Autres régions

Les mesures récemment mises en place pour contrer la récente hausse des cas au Québec suffiront-elles à renverser la tendance et à limiter les hospitalisations et les décès?

Un nouveau portrait modélisé de l’évolution de la COVID-19 produit par le Groupe de recherche en modélisation mathématique et en économie de la santé liée aux maladies infectieuses a été produit. À l'instar des projections précédentes, celles-ci se basent sur les données épidémiologiques disponibles au moment de lancer les modélisations. Elles tiennent compte des mesures qui étaient en place avant le 1er octobre, et celles mises en place récemment, soit la restriction des visites, la fermeture des bars et des restaurants et la réduction des contacts dans les écoles et les loisirs. Ce modèle est amélioré puisqu’il intègre de nouvelles matrices de contacts, ce qui permet d'obtenir des projections plus précises.

Répartition des contacts sociaux par lieu et contexte

Sans surprise, il y a eu une augmentation des contacts sociaux pendant l’été. Depuis mai, les contacts sociaux ont principalement lieu à la maison, au travail ou à l’école. Avant la pandémie, un individu avait en moyenne, 8 contacts sociaux par jour, pour passer à 3 au moment du confinement, puis à 5 au début du mois de septembre. Les contacts sociaux à la maison entre les membres du ménage et avec des visiteurs ont légèrement augmenté d’avril à août, pour diminuer quelque peu en septembre. Les contacts sociaux au travail et à l’école connaissent une hausse en septembre. Des données préliminaires suggèrent que les contacts sociaux ont diminué la première semaine de septembre.

Scénarios de prédictions

À partir d’une modélisation des contacts entre les individus, l’objectif de ce modèle est de prédire l’évolution de l’épidémie de la COVID-19 pour les cas, les hospitalisations et les décès dans le Grand Montréal et les autres régions, selon 3 scénarios.

Un premier scénario hypothétique démontre que si aucune mesure additionnelle n’avait été prise en octobre, une hausse importante des cas, de nouvelles hospitalisations et de nouveaux décès auraient atteint les taux de la première vague, et ce avant les Fêtes.

Un deuxième scénario reproduit les mesures mises en vigueur en septembre et au début du mois d’octobre et suggère que l’adhésion à celles-ci par la population aurait pour effet de ralentir l’augmentation des cas, des hospitalisations et des décès.

Un troisième scénario reproduit le deuxième scénario et ajoute une réduction supplémentaire des contacts de l’ordre de 25 %. Dans cette situation, cela aurait pour effet de stabiliser la courbe des cas, des hospitalisations et des décès.

Consultez les projections les plus récentes ici : https://www.inspq.qc.ca/covid-19/donnees/projections/16-octobre

Catégories: