Les contacts sociaux des Québécois durant la pandémie

CONNECT est la première étude canadienne à mesurer les contacts sociaux de la population générale pour soutenir la prévention et le contrôle des maladies infectieuses et les épidémies. Menée par les Drs Marc Brisson et Mélanie Drolet du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval et l’équipe du groupe de recherche en modélisation mathématique des maladies infectieuses, CONNECT est mise au service de la lutte contre la pandémie au Québec. Il en résulte des données indispensables sachant que la propagation du virus se fait principalement par contacts.

L’INSPQ a réuni dans une infographie dynamique les données issues des questionnaires remplis par les participants à l’étude et compte la mettre à jour sur une base régulière.

Ce partenariat avec l’équipe du Dr Marc Brisson comporte un deuxième volet, celui de produire des projections de l’évolution de l’épidémie au Québec selon différents scénarios modélisés. 

Les plus récentes projections tentent de prédire la progression des cas de COVID-19, les hospitalisations et les décès dans les prochaines semaines.

Les éclosions majeures de 10 cas confirmés et plus dans les résidences privées pour aînés (RPA), les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) et les centres hospitaliers (CH) ont été introduites dans les modèles puisqu’elles sont en lien avec 30 % des hospitalisations et 60 % des décès.

Ces projections n’incluent pas les décisions finales prises par le gouvernement et annoncées tout récemment en raison de la complexité de produire rapidement des modélisations fiables en modifiant plusieurs paramètres. Elles démontrent toutefois que la pause durant la période des Fêtes permettra de ralentir la propagation du virus si les mesures sont respectées, mais qu'elle pourrait augmenter de nouveau après la reprise des activités en janvier. Plus les cas sont nombreux dans la communauté, plus grands sont les risques de générer des éclosions dans les milieux de vie où se concentrent les personnes à haut risque d’hospitalisation et de décès.

Les projections anticipent également l’effet d’un meilleur contrôle de la transmission du virus dans ces milieux ce qui permettrait de diminuer la pression sur le système de santé et de réduire le nombre de décès associés à la COVID-19.

Pour ralentir l’épidémie, une réduction des contacts sociaux dans toutes les régions est nécessaire en attendant que l’administration progressive des vaccins vienne atténuer la transmission du virus.